La Liberté

J’écris ce texte pour montrer et faire comprendre qu’une liberté « réelle »
est extrêmement dure à atteindre et aussi pour pousser et développer un peu
plus mon précédent texte sur ce sujet. Dans un premier temps, le principe de
liberté sera défini, puis la façon d’atteindre une liberté absolue et enfin
le point de vue de différentes personnes plus ou moins connues de part leurs
textes, théories, philosophies ou discours.

La Liberté est un pouvoir : celui d'agir ou de ne pas agir. Nous sommes
libres quand personne ne nous empêche de faire de notre vie ce que nous
voulons et quand personne ne nous impose sa volonté. La liberté est pleine
et entière quand l’individu, émancipé de toutes tutelles et de toute
domination, a la possibilité de construire et d’entretenir des relations
volontaires avec les autres. La liberté signifie en quelque termes le
respect et l'égalité entre individus car sans ces deux principes
fondamentaux, la liberté est impossible. A la base, la Liberté est naturelle
: "toutes autorités vient d'une autre origine que la nature" disait Diderot
dans "L'encyclopédie".
Mais "la Loi" dit cela : “la liberté des uns s’arrête où commence celle des
autres”. On nous présente la liberté comme quelque chose dont on doit se
garder par le verbe "s'arrêter". Pour les personnes voulant l'Autorité, la
liberté serait synonyme de "faire tout et n'importe quoi". On peut retenir
cette phrase des personnes pronant l'Autorité et allant contre la liberté :
“S’ils étaient totalement libres de faire ce qui leur plaît, les humains
s’entre-déchireraient dans un chaos généralisé et la vie en société
deviendrait impossible “. Ce discours permet de justifier le principe de
l’Autorité et de transformer la liberté en un “idéal inaccessible ”. Un
problème se pose donc : nous sommes tous en liberté surveillée ! Si être
tous libres signifie l’absence de domination, il faut, pour que je sois
parfaitement libre, que les autres le soient aussi : la liberté de chacun
est la condition de la liberté de tous : “La liberté des autres étend la
mienne à l’infini “ disait Bakounine lorsqu'il présentat ses projets de
socièté anarchiste.
On peut repérer quelques grands philosophes pronant un idéal libertaire tel
que, en remontant assez loin, Diderot, lors de la période des Lumières. Cependant, celui-ci admet une autorité qui, pour moi, est totalement fausse: l'autorité paternelle, bien qu'il dise que celle-ci a ses bornes. A cette
époque de révolution, il s'oppose donc au roi et a son pouvoir : "Aucun
Homme n'a reçu de la Nature le droit de commander aux autres". Dans cette
même époque, on voit aussi Rousseau, qui veut atteindre la liberté par
l'égalité. Ceci est compréhensible, Rousseau étant pour une démocratie. Par
la suite, l'anarchiste révolutionnaire Bakounine fit des projets de sociétés
anarchistes mettant en avant son principe fondamental : la Liberté.
Cependant, même de nos jours, aucunes nations, fédérations, ou civilisations
n'a réussi à mettre en place une société libertaire.


Tout cela nous montre que dans notre monde et avec nos mentalités, la
liberté totale est impossible : les "humains" sont incapables de respect,
ils ne pensent qu'à eux même, tant que les gens resteront comme ça, tout
principe de liberté absolue sera impossible et oublié. Malheuresement,
beaucoup de personnes sont contentes du système, acceptes d'être soumises et
de vivre comme les autres avec pour tous, une mentalité identique : égoïste
et irrespectueuse.
Mais ce n'est pas ma situation, si tout le monde comprend, ouvre les yeux,
et s'unnissent, alors un changement de mentalité est possible. Mais tout
cela n'est qu'une utupie de quelques personnes. Prenez consciences, affirmez
votre point de vue and FREEDOM.